Alors voilà cela fais maintenant plus d’un mois que je suis rentrée « chez moi » du coté de Bordeaux et je vis chez mes parents.

Comme toute personne qui a vécu un petit moment à l’étranger dans des pays aux cultures très différentes le retour nécessite une réadaptation et ce n’est pas évident. Je vous parlais ici de ce qui me manquais de France et bien laissez moi vous dire que ce n’est rien comparé au vide que je ressens depuis mon retour.

Oui j’ai repris ma petite vie occidentale avec son beau confort matériel, ma propre voiture, une chambre remplie de gadget inutile, l’électroménager et la technologie « standard » ici, l’accès à un étalage outrancier de produits dans les supermarchés où je me sens maintenant perdue. C’est fou comment on peut vite reprendre nos vielles habitudes…

Oui mais ce qui a changé ce n’est pas le quotidien qui pourrait être le mien indéfiniment mais c’est plutôt moi et ma perception du monde. Je me sens complètement inadaptée à la vie française: les conversations futiles de mes collègues sur la dernière mode vestimentaire ou le dernier Iphone, le stress permanent de la vie citadine, ne jamais prendre de temps pour soi, toujours penser à l’avenir « oh mon Dieu qu’est-ce que je vais faire de ma vie? », les loisirs de consommation… Le train-train: bouchon, travail de merde, bouffe industrielle, re-bouchon, émission de merde, dodo me semble une épreuve permanente. Heureusement que j’ai un objectif: partir avec un minimum d’argent pour mon tour d’Amérique Latine.

Voilà exactement ce qui m’empêche de sombrer dans la déprime post-voyage qui m’avait foutu une claque à mon retour du Pérou: savoir que je repars bientôt et que ce passage en France n’est qu’une parenthèse qui ne se prolongera pas.

Alors bien sûr certains d’entre vous pourront penser que c’est égoïste de se plaindre comme cela, car la France ce n’est vraiment pas le pire pays où vivre et j’en suis tout à fait consciente mais j’ai juste trouver une mentalité qui me correspond beaucoup plus ailleurs. Actuellement je me vois très bien vivre 4 – 5 ans sans revenir en France et même si mes proches me manqueront évidemment, le jeu en vaut la chandelle (vous remarquerez la belle expression ringarde 😉 ).

Une des choses qui m’a le plus choquée en revenant c’est de voir à quel point la technologie nous éloigne des gens, tous mes proches passent leur temps sur leur téléphone. Dès mon arrivée en Equateur j’avais perdue cette habitude car mes amis locaux me le faisait tous le temps remarquer « deja tu telefeno, estamos hablando! » (= laisse un peu ton téléphone on est entrain de parler). J’ai assistée à des scènes que j’ai trouvé très triste et révélateur d’une mentalité occidentale: les gens s’arrêtent de parler pour regarder leur fil d’actualité Facebook, ils sont ensemble mais chacun dans leur univers virtuel.

J’en viens même à regretter les soirées sur les rythmes des musique latines, au moins les gens sont proches et l’ambiance chaleureuse. En Amérique latine ils ont compris ce que l’on a oublié: vivre l’instant présent est tellement plaisant!

Si vous aussi vous avez ressenti quelque chose de similaire en rentrant dans votre pays d’origine n’hésitez pas à commenter pour partager votre expérience.