20160227_102525.jpg
Exemple d’un église de Pula, Croatie

Après 4 mois en tant qu’étudiante Erasmus en Croatie, j’ai décollé pour l’Equateur où j’effectue actuellement mon stage.

Il y a 2 ans je suis allée au Pérou (également pour un stage) et j’avais adoré la culture et les gens que j’y avais rencontré, je voulais donc absolument retourner en Amérique latine. J’ai donc été ravie d’être prise rapidement en stage dans l’association française Ishpingo à Tena (ville de 9000 habitants en Amazonie).

En Croatie j’ai vécu à Pula qui est une ville côtière magnifique avec d’anciens monuments que je vous montre ici. J’étais en colocation avec une croate ce qui m’a aidé pour l’intégration dans le pays.

Et voilà le problème majeur: je vis avec les autres stagiaires qui sont … français! Je ne suis vraiment pas ravie à cette idée. En arrivant sur place je rencontre mes colocataires qui se connaissent depuis 6 mois, on beaucoup de points en commun, s’entendent à merveille et se sont déjà créer leur cercle d’amis. Comment vous dire que je me suis sentie à l’écart dès le début! On n’a pas les même centre d’intérêt, ni le même humour, ni fais les mêmes études. Aïe!

Et pour ne rien arranger j’apprend que l’on travaille à l’appartement, toute la journée, sur l’ordinateur, quelle horreur! Je viens à la base pour distribuer des échantillons de confiture, jus de fruit et glace, c’est sensé être ma mission principal sauf que … rien n’est prêt car la production de fruit est presque nulle, SUPER!

En plus de cela la ville de Tena est moche (c’est ma première impression en comparaison avec Pula). Niveau culturelle c’est mort, aucun musée ni monument. La transition est rude. J’arrive sous un temps de pluie alors que j’avais quitté la Croatie sous un grand soleil. Le temps est humide et on est loin de la côte, bref j’ai déprimé.

tena[1].jpg
Le début de la selva sur la route entre Quito et Tena